AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 › soraya j. carter + and i love to see you smile.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
☜ GOD'S VOICE ☞

▵ deadly sins : 11406
▵ faceclaim : Christan Bale.
▵ copyright : @Spectrum.
MessageSujet: › soraya j. carter + and i love to see you smile.   Lun 3 Oct - 20:47


nom. Carter. prénom(s). Soraya Joy. âge. Vingt-sept ans. date et lieu de naissance. 22 juillet 1989 à Canterbury, en Angleterre. signe astrologique. Cancer. emploi. Propriétaire de Book Haven, un café-librairie. origine. Anglaises. situation civile. Célibataire. avatar. Lucy Hale. scénario ou personnage inventé. Personnage inventé.


sucré ou salé
Je mange du sucre comme tout le monde, j'adore les desserts et les bonbons, mais j'aime encore plus le salé. Je peux très bien manger du fromage tout au long de la journée, m'enfiler un paquet de curly en quelques minutes. Enfin vous voyez le genre. Cependant, il faut que je fasse du sport en contrepartie si je ne veux pas ressembler à Bibendum, ce ne serait pas franchement drôle tous les jours. Heureusement, j'élimine assez facilement et j'adore faire du sport.

famille ou amis
Ma famille est très importante pour moi, même si je n'ai toujours eu la chance de partager tous les moments importants de ma vie avec elle. Cependant, j'ai également besoin de mes amis pour avoir un bon équilibre. Lorsque j'étais adolescente, je ne mesurais pas la chance que j'avais d'avoir des parents présents et attentifs. J'avais toujours envie de sortir, d'être loin de chez moi pour passer du temps avec mes amies. Au fil des années, je me suis rendue compte que les amis, ça va, ça vient alors que la famille, elle est toujours là en cas de coups durs. J'ai donc besoin des deux, mais si je devais véritablement choisir, je dirais famille au sens large, c'est-à-dire la famille avec mes plus proches amis.

travail ou détente
J'aime beaucoup mon travail, mais j'apprécie aussi le week-end et les vacances. A vrai dire, je suis partagée pour cette question parce que mon métier est une véritable passion. Avant l'incendie de Santa Monica, j'étais libraire dans une grande librairie de la ville et je me sentais finalement peu valorisée et avais du mal à mettre ma passion de la littérature vraiment en avant, puisque nous étions surtout payés à remplir les rayons. Aujourd'hui, j'ai eu l'occasion de reprendre un café-librairie, comme j'en ai toujours rêvé et je peux enfin m'épanouir à cent pourcent dans mon travail.

et toi tu es qui ?

prénom. Alycia. âge. 22 ans et demi . pseudo. Aly Moon. comment as-tu connu le forum ? Je l'ai créé. un petit mot de fin. A très vite pour rp !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
☜ GOD'S VOICE ☞

▵ deadly sins : 11406
▵ faceclaim : Christan Bale.
▵ copyright : @Spectrum.
MessageSujet: Re: › soraya j. carter + and i love to see you smile.   Lun 3 Oct - 21:23


mon histoire

Ma vie avant l'incendie

Je m'appelle Soraya Joy Carter. J'ai vu le jour en été, le vingt-deux juillet mille neuf cent quatre-vingt-neuf, pour être exacte. Je suis née à Canterbury en Angleterre, entourée de mes parents et de mon frère. Si vous avez bien suivi, je suis la dernière de deux enfants. J'ai passé une enfance des plus douces, ne manquant absolument de rien, même si je ne viens pas d'une famille aux revenus aisés. En fait, j'ai vite appris que l'argent ne faisait pas le bonheur. Certes, ça y contribue, mais c'est l'amour de ses proches avant tout qui permet d'avancer et de devenir quelqu'un de bien. Pour leur rendre tout cet amour, j'essaye de me concentrer à l'école et montrer à mes parents qu'ils peuvent être fiers de moi. D'ailleurs, j'y arrive plutôt bien. Je suis toujours dans les meilleurs de la classe et j'essaye tant bien que mal de m'y tenir, même si le niveau devient de plus en plus difficile.
A mes dix ans, mes parents décident de quitter l'Angleterre pour déménager aux États-Unis. Ce n'était pas par simple envie, mais plutôt par contrainte professionnelle. C'est ainsi que l'on s'est retrouvés en Californie, à Los Angeles. Il a fallu que je me refasse des amis et que je m'habitue à ma nouvelle école. Heureusement, j'avais mon frère pour m'aider à accepter tous ces changements.
En grandissant, je me passionne pour la littérature et les arts de la scène : aussi bien le théâtre, la danse que le chant. On me dit souvent d'ailleurs que j'ai une belle voix, mais manquant de confiance en moi, j'ai plutôt du mal à les croire. D'ailleurs, je n'ai tellement pas foi en mon talent que je préfère le cacher du regard des autres et refuse de prendre des cours pour essayer de m'améliorer. Je chante lorsque je suis seule et compose dans un cahier auquel personne n'a accès.
Au niveau de mes études, j'ai tout de suite su ce que je souhaitais faire : des études de littérature. J'ai toujours rêvé de devenir éditrice ou d'ouvrir mon propre café-librairie et pour cela, je savais quelles études je devais suivre. Je commence donc mes études, après m'être inscrite à l'université de Los Angeles. Mes parents habitent toujours à Los Angeles, mais j'ai décidé de prendre un appartement avec mon frère, qui étaient déjà partis depuis quelques années. La colocation se fait plutôt bien, même s'il est plus âgé que moi et qu'il commence à vouloir vivre sa propre vie.
Seulement deux ans après le début de mes études supérieures, je me retrouve toute seule dans mon appartement, puisqu'il vole désormais de ses propres ailes. Pendant trois autres années, je poursuis ma vie d'étudiante, réussissant sans grosses difficultés à valider mes années.
A la fin de mes études, je me décide pour chercher un travail. J'ai eu beau faire un stage pendant mes années universitaires, ce n'était pas une mince affaire. Après quelques mois à errer entre des petits boulots, je trouve finalement un poste dans une grande librairie de Santa Monica. Au départ, j'étais heureuse de décrocher ce job, mais rapidement, j'ai déchanté. La librairie était si grande, qu'on était plus embauchés à remplir les rayons qu'à vraiment conseiller les clients, qui n'en avaient rien à faire de nous. Je restais pour autant ici, voulant avoir une expérience supplémentaire avant de me lancer dans de nouvelles recherches.
Côté sentimental, ce fut le néant ou presque. J'ai eu quelques relations bien sûr, mais rien de bien sérieux. Je ne savais pas trop ce qui clochait chez moi, mais je n'arrivais pas à rester avec un homme suffisamment longtemps pour commencer à songer à un avenir. Peut-être que les choses allaient finir par changer, je n'attendais que de voir cela.

Ma vie après l'incendie

Jusqu'à cet été, j'étais plutôt dans une bonne passe, ou du moins, rien de grave ne m'était arrivé. Je travaillais toujours dans la même librairie, même si je commençais à regarder les petites annonces pour trouver un autre poste. J'avais fait quelques rencontres, me demandant si l'une d'entre elles allait pouvoir aboutir à quelque chose de plus sérieux. Mais tout bascula dans le courant de l'été. En effet, je suivais aux informations l'avancée de l'incendie qui gagnait les forêts californiennes. J'espérais fortement que Santa Monica ne soit pas touchée, mais malheureusement, ce fut le cas. Ça commença par d'autres quartiers, mais très vite, le feu gagna le bord de mer, ravageant tout sur son passage. J'étais inquiète pour ma famille et mes amis proches. J'espérais qu'il ne leur arrive rien, mais le doute ne cessait de grandir. Tous les jours, de nouveaux morts et blessés étaient déplorés et nombreux dégâts étaient constatés. C'était à la fois très triste et stressant parce qu'on ignorait si le feu allait être maîtrisé ou si on allait être les prochaines victimes. Très vite, le quartier où se trouvait la librairie dans laquelle je travaillais fut touché et je me retrouvais au chômage technique, condamnée à rester chez moi, à m'abrutir devant la télévision. Et puis vint le temps d'être évacuée au niveau habitation aussi. L'occasion de rejoindre mon frère à Myrtle Beach se présenta rapidement, d'autant plus que Santa Monica était jumelée avec cette ville. Je n'hésitai pas un instant, voulant renouer avec lui et commencer une nouvelle vie. Ce serait l'occasion de retrouver mon frère et de trouver un travail qui me plaisait encore plus. Je débutai mes démarches très rapidement, ne supportant plus de ne pas travailler, moi qui suis un petit bout de femme très dynamique. En me baladant en ville, je vois alors un café-librairie qui était à reprendre, suite au départ des anciens propriétaires. Je voyais en cette annonce une opportunité de réaliser mon plus grand rêve. Après un petit tour à la banque pour m'assurer que c'était possible pour moi de racheter les lieux, je me lançai dans ce nouveau projet. Après quelques travaux pour remettre la boutique à mon goût, je l'ai ouverte il y a seulement quelques jours. Une nouvelle aventure commence et je suis prête à la vivre à fond !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

› soraya j. carter + and i love to see you smile.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Crazy little thing, Crazy stupid Love . (Carter/June)
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» Isabella Eloïse Carter {OK}
» « CENTRAL PARK » New York i love you .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
all we do. :: my favorite game :: péchés mignons :: paperasse :: présentations-