AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 see the plastic life through my bloodshot eyes ∫ rupert.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

▵ deadly sins : 227
▵ faceclaim : emma watson.
▵ copyright : © crick.
▵ age : twenty-six yo.
▵ activity : tv reporter.
▵ love interest : work.


CHASING SHADOWS ❃
▿ availability : half free.
▿ relationships :
MessageSujet: see the plastic life through my bloodshot eyes ∫ rupert.   Jeu 16 Fév - 23:03



"throwing fire, trying to make it right,
you’re getting higher than the ceiling lights
and falling hard enough to lose the fight."

En possession de deux billets pour la représentation d'une troupe de théâtre de Broadway plutôt en vogue, la jeune femme s'était résolue à s'y rendre seule. Les différents journalistes qui travaillaient pour sa chaîne avaient tous été invités à se rendre au Royal Alexandra Theater à vingt heure tapante afin de profiter de la pièce qu'ils donnaient ce soir. D'après elle, c'était avant tout pour se faire bien voir auprès des autres médias que par simple geste de bonté envers leurs employés, puisque beaucoup d'autres personnes du monde journalistique seraient présentes et susceptibles de les remarquer. Malheureusement et malgré les recommandations de son patron, Rosie n'avait personne pour l'accompagner à cet événement. Cela l'attristait et l'amusait à la fois. Elle voyait déjà venir les regards sournois de ses collègues ainsi que l'exaspération sur le visage du rédacteur en chef lors de son arrivée sans homme à son bras. En attendant, il lui fallait se préparer. Elle avait choisi de porter une simple robe noire avec laquelle elle était sûre de ne pas se tromper. Après l'avoir enfilé, elle se maquilla légèrement avant d'onduler quelque peu ses cheveux. Pour finir, elle attrapa une pochette à motifs graphiques et une paire d'escarpins noirs. Quitte à arriver toute seule sur les lieux, autant essayer de faire impression. Sachant qu'il lui serait impossible de se garer dans la partie de la ville où elle devait se rendre, Rosie préféra appeler un taxi qui l'amènerait jusqu'au théâtre. C'était le meilleur moyen pour elle de s'assurer qu'elle serait là à l'heure.
[...] Tout compte fait, la demoiselle arriva à destination quelques minutes à l'avance. Le temps exact pour elle de rejoindre son équipe et ses collègues. Il y avait beaucoup plus de journalistes et de photographes qu'elle ne l'aurait cru. D'un coup sec, l'angoisse lui serra la gorge. Ce n'était pas réellement son genre à Rosie de poser devant un objectif pour simple but de faire la belle, et encore moins de se retrouver dans un magazine à la réputation douteuse qui scruterait chaque détails de sa tenue. Rejoindre ses collègues ne serait vraisemblablement pas une mince affaire. Sur le moment, elle avait qu'une envie ; faire demi-tour. Cependant, son patron lui arracherait très certainement la tête si elle ne se présentait pas sans même l'avoir prévenu. Trop tard pour faire marche arrière, il fallait qu'elle trouve une solution pour éviter la foule qui se trouvait devant l'entrée du théâtre. Se pensant futée, la jeune femme tenta de trouver l'entrée des employés, mais un vigile se trouvait devant cette dernière La première tentative de Rosie fût de marcher normalement devant lui avant d'essayer de passer la porte comme si de rien n'était. Bien sûr, le vigile l'arrêta, montrant un panneau sur lequel était écrit "staff only" afin de lui faire comprendre qu'elle n'était pas censée être ici. La jeune femme tenta de le convaincre durant de longues minutes mais en vain. Il était ferme et ne voulait pas la laisser passer. Soudain, une main se posa sur l'épaule de l'agent de sécurité avant que Rosie n'entende ; « C'est bon, laisse-la passer Carlos. » Elle leva finalement le visage pour découvrir un homme qui ne lui était pas totalement inconnu, Monsieur Clifford. Un beau et très accompli propriétaire d'un hôtel de luxe qui avait fait l'objet d'une émission pour laquelle avait travaillé la jeune journaliste qu'était Rosie. Néanmoins, si l'homme avait l'allure d'un véritable gentleman, il en était en réalité bien loin. Dans son cas, l'habit ne faisait certainement pas le moine. En dépit de son mariage avec une femme plus qu'attirante, le bellâtre n'avait pas hésité à courtiser la demoiselle de manière suggestive. Un comportement que Rosie avait trouvé odieux et plutôt réducteur envers elle ainsi que ses semblables de sexe féminin. "Monsieur Clifford?" s'exclama t-elle alors surprise. Mais en y réfléchissant, ça n'était pas si surprenant que ça. L'entrepreneur avait un bon nombre de connexions. Il devait simplement connaître le directeur du théâtre.



Dernière édition par Rosie Lyttelton le Ven 24 Mar - 0:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
- lovely asshole -

▵ deadly sins : 3286
▵ faceclaim : ryan gosling.
▵ copyright : © spectrum. (avatar) | endlesslove, (signature)
▵ age : trente-trois ans.
▵ activity : directeur du Clifford's Hotel.
▵ love interest : marié mais infidèle.


CHASING SHADOWS ❃
▿ availability : surbookée.
▿ relationships :
MessageSujet: Re: see the plastic life through my bloodshot eyes ∫ rupert.   Mer 1 Mar - 11:23

see the plastic life through my bloodshot eyes.
rosie ft, rupert.

Je fus invité par le directeur du théâtre afin de regarder la représentation d'une troupe qui était assez en vogue ces temps-ci. Je devais avouer qu'habituellement je n'étais pas friand des pièces de théâtre ou tout ce qui pouvait s'en rapprocher, mais voulant être poli, je ne pouvais refuser cette invitation de plus, il s'avérait qu'il m'était précieux pour la reconnaissance de mon hôtel. Il fallait devoir garder des relations bien dans sa poche si on voulait continuer dans cette voie là. J'avais pour optique d'inviter ma femme afin de ne pas être seul et pour nous faire une sortie pour se retrouver, mais elle n'était malheureusement pas disponible ce soir là. Vêtu d'un costume que j'affectionnais tout particulièrement, je fumais une énième cigarette à l'extérieur avant de rentrer m'installer. Seulement, j'entendis la voix de Carlos interdisant l'accès à une personne. M'approchant un peu plus, cigarette au bec, je reconnus non difficilement la jeune femme avec qui j'avais travaillé pour une émission. Je me souvenais parfaitement bien de ce tournage dans les moindres détails. D'ailleurs, la position de la jeune femme m'amusait particulièrement, l'entendant barbouiller plusieurs feintes pour pouvoir passer dans l'entrée des employés. Carlos n'était pas si futé que cela, mais il savait reconnaître des visages, or il ne semblait pas connaître celui ci. « C'est bon, laisse-la passer Carlos. » D'une main sur son épaule, le vigile se tourna vers moi avant de me reconnaître. D'ailleurs, j'eu aussi l'attention de la jeune femme puisque nos regards se croisa quelques instants. « Elle est avec moi, je lui avais dis de m'attendre ici. » Un sourire amusé s'afficha sur mes lèvres tandis que je voyais la surprise de la reporter, qui n'essayait pas de la cacher. « Mademoiselle Lyttelton. » Répondis-je en finissant ma cigarette pour la jeter à mes pieds et l'écraser. Je fis un signe de tête à Carlos afin qu'il nous laisse entrer, laissant passer la brunette avant. « Il y avait une raison particulière pour que vous ayez autant envie de passer par cette porter? » Questionnais-je après quelques instants.
Spoiler:
 
Made by Neon Demon x macfly

__________________________


    sur la musique, on va on vient. corps contre corps, main dans la main. plus rien existe, plus rien de rien, quand je te tiens du bout des doigts pour te ramener contre moi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▵ deadly sins : 227
▵ faceclaim : emma watson.
▵ copyright : © crick.
▵ age : twenty-six yo.
▵ activity : tv reporter.
▵ love interest : work.


CHASING SHADOWS ❃
▿ availability : half free.
▿ relationships :
MessageSujet: Re: see the plastic life through my bloodshot eyes ∫ rupert.   Mar 14 Mar - 21:02


"throwing fire, trying to make it right,
you’re getting higher than the ceiling lights
and falling hard enough to lose the fight."

Rosie aimait passionnément son travail, et appréciait d'avantage son succès parce qu'elle savait qu'elle s'était battue pour en arriver là. Bien entendu, elle prenait toujours en compte la chance qu'elle avait eu de naître dans une famille qui pouvait lui financer des études prestigieuses et avait toujours voulu faire en sorte de rééquilibrer la balance. C'était pour ça qu'elle était devenue journaliste. Dans le simple et unique but de dire la vérité. D'informer les gens du monde dans lequel ils vivaient pour que eux aussi, qui qu'ils soient, puissent se faire leur avis et peut-être tenter d'améliorer les travers de la population. La carrière de la jeune femme était d'ailleurs devenue son seul exutoire. Elle avait peu d'amis, et très certainement pas de temps pour un petit-ami. C'est pourquoi il lui avait fallu se rendre à cette représentation théâtrale non accompagnée, sans se douter que des dizaines de photographes attendaient devant la porte du théâtre. Elle avait donc tenté de soudoyer un des vigiles qui gardait l'entrée des employés mais sans franc succès. Toutefois, la demoiselle n'était peut-être pas prédestinée à se faire photographier par des vautours qui se pointaient au moindre événement puisque quelqu'un semblait vouloir venir à son secours.
"Elle est avec moi, je lui avais dit de m'attendre ici." dit Monsieur Clifford alors que les yeux de la belle se posèrent sur lui. Malgré le petit plan de l'entrepreneur pour la faire entrer, Rosie eu bien du mal à cacher sa surprise. Pour tout dire, c'était plus que de la surprise. Son sentiment était d'avantage semblable à de la confusion, surtout si on considérait la position inconfortable dans laquelle le jeune homme l'avait mise  auparavant. "Mademoiselle Lyttelton." dit-il avant de finir sa cigarette et de faire un signe de tête à l'agent de sécurité pour qu'il les laisse finalement entrer. Un vent de soulagement souffla sur la jeune femme. Son entrée discrète lui permettrait de ne pas constater son image dans un magazine de presse à scandale qui la décrédibiliserait très probablement. Pour le coup, elle se sentait redevable envers Monsieur Clifford, aussi folle cette idée lui paraissait-elle. Le soit disant gentleman représentait tout ce que Rosie méprisait. Du moins, à première vue. Cependant, ce vent de gentillesse lui laissait penser qu'il y avait peut-être du bon dans ce féroce homme d'affaire.
"Il y avait une raison particulière pour que vous ayez autant envie de passer par cette porte?" demanda t-il alors qu'ils marchaient tous deux en direction de la salle où avait lieu la représentation. Il s'attendait probablement à ce qu'elle le remercie, et, dans ses rêves, sûrement pas d'une manière tout à fait courtoise. "J'aime me faire discrète." Elle faisait principalement référence à la cohue qui se trouvait sur le pas de l'entrée qu'elle s'était donnée tant de mal à éviter. Si il n'était pas intervenu, elle ne savait pas comment elle aurait pu pénétrer les lieux autre que par l'entrée principale. "Dans tous les cas, c'est gentil à vous de m'avoir fait entrer." ajouta t-elle en lui adressant un sourire courtois. À ce moment, ils arrivèrent dans la fameuse salle de spectacle tapissée de rouge et d'or. Rosie admira la beauté des lieux avec stupéfaction. Elle n'était pas une inhabituée des cabarets et des salles d'opéra mais elle n'était jamais entrée dans celle du plus grand théâtre de Toronto. "Je vois que vous êtes venue accompagnée finalement!" entendit subitement la jeune journaliste. C'était son patron qui était assis non loin d'eux avec toute son équipe, et sa femme. Paf. Le quiproquo. "Non, il..." La coupure des lumières dans l'espace l'empêcha d'en dire plus. La pièce allait commencer. Ne sachant que faire, Rosie attrapa le bras du bellâtre pour aller s'asseoir avec les autres sans dire un mot. Elle allait s'en mordre les doigts, mais elle préférait laisser croire quelque chose d'évasif plutôt que rien du tout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
- lovely asshole -

▵ deadly sins : 3286
▵ faceclaim : ryan gosling.
▵ copyright : © spectrum. (avatar) | endlesslove, (signature)
▵ age : trente-trois ans.
▵ activity : directeur du Clifford's Hotel.
▵ love interest : marié mais infidèle.


CHASING SHADOWS ❃
▿ availability : surbookée.
▿ relationships :
MessageSujet: Re: see the plastic life through my bloodshot eyes ∫ rupert.   Jeu 30 Mar - 0:56

see the plastic life through my bloodshot eyes.
rosie ft, rupert.

Voyant la regard surpris de la jeune reporter, un rictus amusé s'était dessiné sur le bord de mes lèvres. Je savais que la jeune femme ne me portais pas réellement dans son coeur, et que s'il y aurait eu un autre homme avec qui rentrer à l'intérieur de ce théâtre, elle l'aurait choisi lui plutôt que moi. Je ne lui en tenais pas réellement rigueur puisqu'il était tout à fait normal pour elle d'avoir cette réaction après avoir longuement flirté avec elle durant notre tournage. « J'aime penser à sauver les demoiselles en détresse. » Avais-je dis d'un ton charmeur et pas réellement bien joué puisque ma voix venait de rouiller légèrement vers les tons aigus. Un raclement de gorge plus tard ainsi qu'une marche de quelques instants, nous nous étions retrouvés dans la salle de spectacle où aura lieu cette dite représentation. Je n'étais pas réellement un fervent de pièce de théâtre, en réalité, je n'aimais pas trop ça. Je m'étais surtout senti obligé de venir suite à la demande exceptionnelle du directeur, cela m'aurait fait de la pub pour l'hôtel qu'il disait. Bien que je n'en avais pas réellement besoin, il était toujours opportun pour moi de me faire connaître et de perdurer ma réputation d'homme d'affaire au sein de différents lieux convoités. Cependant, une voix masculine venait de me faire revenir de ma rêverie alors qu'il disait qu'en fin de compte, la jeune femme était venue accompagné. Un rictus amusé, je regardais la scène ainsi qu'une jeune Lyttelton surprise, me demandant si elle allait jouer le jeu ou au contraire, partir s'installer plus loin, me laissant seul. Du coup, après l'extinction des lumières de la salle, la jeune femme me prit le bras pour que l'on aille s'asseoir, ensembles. Et je devais avouer que son action m'avait bien surpris, dans le bon et le mauvais sens. « Ne faites pas comme si cette situation ne vous plaisait pas mademoiselle Lyttelton. » Murmurais-je à son oreille d'humeur taquine, pour ne pas déranger le commencement de la pièce. Je savais d'avance que je n'allais pas apprécier cette sorte de comédie et j'avais une distraction plus intéressante à ma droite, qu'était la jeune femme pas tout à fait charmée de m'avoir à ses côtés. J'allais pouvoir profiter et m'amuser sans qu'elle ne puisse fuir.
Made by Neon Demon x macfly

__________________________


    sur la musique, on va on vient. corps contre corps, main dans la main. plus rien existe, plus rien de rien, quand je te tiens du bout des doigts pour te ramener contre moi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: see the plastic life through my bloodshot eyes ∫ rupert.   

Revenir en haut Aller en bas
 

see the plastic life through my bloodshot eyes ∫ rupert.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
all we do. :: let's f*ck up in toronto :: east :: royal alexandra theatre-