AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

  RENÉE + You'd be surprised how many of my transactions involve power tools.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

▵ deadly sins : 26
▵ faceclaim : Phoebe Tonkin
▵ copyright : Class Whore
▵ age : 30
▵ activity : Criminal Lawyer


CHASING SHADOWS ❃
▿ availability :
▿ relationships :
MessageSujet: RENÉE + You'd be surprised how many of my transactions involve power tools.    Mar 4 Avr - 2:04


Renée Évangéline Bastarache
[ Everybody knows just where to go when there's beer to get and everybody still drives up that same old hill, for their first kiss. Old man Wilson he still don't know his backfield is the party spot when the sun goes down, these are my stompin' grounds. Woah, these are my stompin' grounds]

NOM COMPLET DU PERSONNAGE ▵ Renée Évangéline Bastarache, un prénom difficile à prononcer pour la plupart des Torontois, mais ce qui la différencie de la masse sera à jamais sa plus grande force alors elle ne s’en fait pas de grands soucis. ÂGE ▵ Elle est présentement âgée de trente ans même si son anniversaire arrive à grands pas. DATE ET LIEU DE NAISSANCE ▵ C’est le vingt-et-un juillet dix-neuf cent quatre-vingt-six à Barachois au Nouveau-Brunswick. Enfin elle est née à l’hôpital George-Dumont à Moncton, mais son baptistère dit qu’elle est de Barachois, où elle a été élevée et l’endroit ou ces parents habitaient à l’époque. NATIONALITÉ ET ORIGINE(S) ▵ Canadienne française d’origine acadienne. JOB/ÉTUDES Après de longues études à l’Université de Moncton dans un baccalauréat en information-communication elle a poursuivi avec un Juris Doctor d’Osgoode Hall ou elle s’est démarqué en plaidoirie et en recherche. Maintenant elle est Avocate criminelle œuvrant dans une des grandes boites d’avocat de la province. Elle est aussi impliquée dans l’Association du Barreau canadien à titre de sa trésorière et elle est une des conférencières invitées lors des cours du barreau du Haut-Canada sur la question de l’éthique et du professionnalisme. Certains vous diront qu’elle avait ça dans le sang. Après tout elle est la petite-fille de Michel Bastarache, ancien juge à la Cour Suprême du Canada. STATUT CIVIL ▵ Célibataire endurcie. SITUATION FINANCIÈRE ▵ $$$ TRAITS DE CARACTÈRE ▵ Sarcastique, Énigmatique, Énergique, Intelligente, Persévérante, Combatique, Distance, Froide, Charismatique, Vive d’Esprit, Mystérieuse, Rancunière, Possessive, Rigolote, Franche, Original, Inventive, Stoïque, Observatrice, Douce, Aimante, Cultivée & Captivante. GROUPE ▵ Wrath. AVATAR ▵ Allison Scagliotti.

Elle a vécu à Barachois jusqu’à l’âge de dix ans quand son père a été offert un nouveau poste de Sergent d’état-major pour la GRC. Il est à ce moment-là muté à Toronto et toute la famille à suivis. △ Elle a toujours été athlétique et pratiqué des sports, mais c’est à l’âge de quatorze ans qu’elle a trouvé sa véritable vocation sportive en commençant à courir avec sa mère. C’était à l’époque un moyen de combattre les crampes horribles qui venait avec ces règles. △ Elle a commencé à courir des marathons à l’âge de vingt-trois ans en courant le marathon de l’ile du Prince Édouard. △ En deux mille treize, elle faisait partie du Marathon de Boston avec son petit ami avec qui elle était depuis l’adolescence. △ Ils étaient tous les deux parmi les blessés de l’attaque qui a frappé les finissants à la ligne d’arrivée. △ Ils ont tous les deux survécu bien qu’avec quelque séquelle physique. Elle était enceinte et ne le savait pas encore, mais le choc de l’explosion à causer un avortement instantané et des séquelles dans les nerfs de sa colonne vertébrale et elle a peu de sensation des hanches au basson dans son dos. △ Son petit ami a perdu l’usage de ces jambes. Il était membre de la gendarmerie royale et du fait de l’accident il a perdu son emploi. Six mois plus tard, il s’enlevait la vie dans leurs appartements. △ Elle n’a jamais été la même après cette époque. Elle est implacable, elle s’est plongée dans son travail, fermer à l’amour, mais pas au sexe. △ Sa coloration naturelle est d’un beau roux brun, mais dans les dernières années elle a pris l’habitude de les colorer brun foncé cherchant à oublier sa coloration naturelle. Elle n’a jamais mentionné à voix haute les raisons pour lesquelles elle l’a fait, mais plusieurs soupçonnent que c’était à cause du décès de son petit ami. △ Elle tente de se tenir occupée en tout temps, elle est trésorière de l’association du barreau canadien, conférencière pour les cours du barreau du haut Canada et elle faite du bénévolat pour se tenir occupée en plus d’avoir continué à courir. Elle ne veut pas se donner une seule seconde. Parce que quand elle a une seule seconde pour se reposer elle broie du noir et laisse la colère monter en elle.

✧ another dimension :
 


Dernière édition par Renée Bastarache le Mar 9 Mai - 16:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▵ deadly sins : 26
▵ faceclaim : Phoebe Tonkin
▵ copyright : Class Whore
▵ age : 30
▵ activity : Criminal Lawyer


CHASING SHADOWS ❃
▿ availability :
▿ relationships :
MessageSujet: Re: RENÉE + You'd be surprised how many of my transactions involve power tools.    Mar 4 Avr - 2:04


Teenage rebellion, or simple teenager ;; Les aléas de l’adolescence les hormones, pensé qu’on sait absolument tout et que nos parents ne connaissent rien. Vous pensez que j’ai été une exception? Absolument pas! Et pourtant je n’ai pas été une adolescente particulièrement rebelle. En dehors de quelque joute verbale avec ma mère je ne peux pas dire que j’ai donner du fil a retorde à mes parents plus qu’il ne faut. Bon je n’ai pas été un ange non plus, l’adolescence est une époque d’expérience après tout. Mais, mes plus grandes expériences ont été plutôt différente je dois vous avouer. Je ne suis pas tombé dans le monde de la drogue, mais j’ai joué un peu avec l’alcool. J’ai touché pour la première fois à une Gibson et j’ai été accro jusqu’à la fin de mon adolescence, j’ai participé à mes premières courses, j’ai étudié et j’ai eu du plaisir. Mais je ne peux pas dire qu’il y a grand-chose d’anormal avec mon adolescence. Je dirais que j’ai eu une adolescence assez moyenne en banlieue de Toronto dans une famille assez normale.

J’étais en pleine discussion avec ma meilleure amie pour l’heure du repas. On était à notre table habituelle de la cafétéria et je ne l’avais pas entendue arriver quand il avait posé sa main sur mon épaule. J’avais senti mon cœur se mettre à battre à tout rompre dans ma poitrine et j’avais tourné la tête vers lui. Il était à mes côtés dans toute sa splendeur et dieu qu’il était canon. Je n’allais pas me plaindre j’en pinçais pour lui depuis des mois. « Ren, tu vas participer au talent show? » Il avait un de ces sourires. Pourquoi est-ce qu’il me rendait toute chose comme ça ? Mais je m’accoudais sur la table pour tenter d’avoir un air un peu cool juste avant de lui parler. J’étais surprise qu’il vienne me parler, mais j’allais répondre à ces questions. « Of course, avec Parlor Trick! » Mon cœur avait beau battu à une vitesse vertigineuse et j’avais beau vouloir faire autre chose avec lui je ne m’arrêtais pas à cela. Et s’il pensait que j’étais cool avec mon groupe de musique et bien, bien à lui. J’allais lui montrer que je pouvais être cool. « Nice, j’ai hâte de vous entendre jouer! » Il m’avait tapé sur l’épaule avant de se lever et se tourner pour partir. J’avais eu un sourire un peu béat en tournant la tête et le voir me lancer un clin d’œil avant de partir. Mais à quoi tout ça rimait ? « Oh mon dieu Anthony en pince pour toi. » Je tournais la tête vers Lily en me mettant à rire. Comme si! Ce mec pouvait avoir n’importe quelle fille. Certainement que ce n’était pas moi qu’il voulait. Mais je devais avouer que maintenant j’étais intrigué et prête pour un jeu. Je retournais mon attention vers ma meilleure amie un sourire en coin avant de me rapprocher. « Lils tu voulais encore m’apprendre à me maquiller? Tu sais histoire de séduire. » J’avais un éclat dans le regard, un éclat plein de malice, signe que j’avais maintenant un but en tête.

On était au téléphone depuis une bonne heure et il tentait de me convaincre d’aller avec lui pour une fin de semaine au ski. Mais j’avais déjà planifié cette course depuis des mois. Je m’y préparais inlassablement depuis des mois. Je ne pouvais pas abandonner à la dernière minute. « Tony j’ai une course se week-end je peux pas. » Il était persistant toutefois et je l’adorais. Mais quand je m’étais inscrite à cette course en décembre je n’avais pas prévu que moi et lui on commencerait à se fréquenter. Et j’allais l’abandonner pour notre première Saint-Valentin ensemble. Je le comprenais un peu d’être amer de la nouvelle. « Mais c’est la Saint-Valentin. » Il avait tellement l’air déçu de m’entendre et je voulais vraiment qu’il comprenne. Mais il avait eu l’air tellement content de m’annoncer que ces parents allaient nous apporter là-bas. Et moi je lui annonçais que j’avais une course. On était encore à l’étape d’apprendre à se connaître, il courrait quelquefois avec moi alors que moi j’allais voir ces matchs de hockey quand il jouait. Je savais qu’il rêvait d’être policier alors il se gardait en forme. « Tu sais, tu pourrais courir avec moi. Je fais seulement 10 kilomètres dans cette course et tu as déjà couru autant avec moi. » Il était capable de le faire. J’en étais certaine. Mais je ne savais pas à quel point il tenait à ce week-end en ski. « Tu penses que je suis capable. » S’il était capable, est-ce qu’il s’était vu un peu ? Il était impressionnant quand même. C’était exactement ce qui t’avait fait tomber pour lui. Il avait toujours l’air en contrôle de tout et l’instant suivant il avait l’air fragile comme un gamin plein d’insécurité. « Oui, c’est ce qu’on a courus la semaine dernière. Et on pourrait aller au ski pour le congé de mars. » Une proposition de dernière minute pour lui, mais une semaine complète de ski serait bien plus amusante qu’une fin de semaine. Et ça vous donnerait l’opportunité de mieux apprendre à vous connaître. Une idée qui te réjouissait.

Cette course avait été le début pour moi et Anthony. La première fois ou on avait courus ensemble et de nombreuses autres allaient s’enchainer. Il avait augmenté son intensité avec moi se préparant lui-même pour son entrée à l’académie de police à Régina. Moi, me préparant, pour mon premier marathon. Vous savez ce qu’ils disent, les couples qui s’entrainent ensemble reste ensemble et bien laisser moi vous dire. Cette course avait été un simple départ pour nous tous. Le moment ou tout avait commencé. J’avais trouvé mon âme sœur, une personne qui me complétait comme personne.

College life, the apple doesn’t fall far from the tree ;; Bien entendu fille d’une avocate et petite fille d’un avocat et juges proéminents de la magistrature canadienne j’étais destiné à cette carrière. Et je l’avais choisi par moi-même sans l’influence des membres de ma famille. À 18 ans j’avais remis les pieds à Moncton au Nouveau-Brunswick pour la première fois depuis notre déménagement en Ontario. J’avais enrôlé dans un programme en information-communication, ou en journalisme si vous voulez et j’avais pendant quatre ans préparé mon dossier pour Osgoode Hall. Participation dans l’association de ma faculté à titre de représentante des premières années, Vice-présidente interne et présidente. Par la suite j’ai continué ma participation dans l’association étudiante de l’université à titre de vice-présidente académique. C’est sans compter, ma participation sportive dans l’équipe de cross-country et d’athlétisme. Bref, tout ce qui pouvait me démarquer de la masse d’étudiants appliquant à l’une des plus grandes facultés de droit du pays. Vous pourriez dire que je n’avais pas de vie sociale, mais c’était tout le contraire. Je savais juste bien organiser mon temps parmi toutes mes occupations.

Spectacle de la rentrée, on était à la fin d’une semaine haute en rebondissement et j’avais bien hâte de rejoindre mon lit. J’étais derrière la scène avec Tony et on attendait que le groupe sorte de scène pour que je puisse faire mon petit discours de Vice-présidente et on pourrait profiter du dernier spectacle qui était garanti d’être énorme. Ce groupe avait été fondé sur le campus alors ce serait énorme, je le savais. Finalement, le groupe descendait. Je les félicitais un à un d’un spectacle bien réussi avant de monter sur scène. Les gens étaient en train de nettoyer la scène et la préparer pour le dernier groupe alors je m’avançais vers le micro. « Bonsoir tout le monde. Bon, je n’ai plus besoin de présentation alors je vais rapidement passer le micro au clou de la soirée. Mais je voulais remercier tout le monde de s’être déplacé en grand nombre. Au nom de la fédération étudiante, je voulais remercier tout le monde des efforts mis pour assurer la survie du spectacle de le rentrer. Merci à la Virée et Dany Boudreau pour ce début de soirée spectaculaire. » J’entendais encore les cris de la foule et je souriais. Ils étaient définitivement bien amusés et c’était tout ce qui comptait. Je n’en manquais pas une les gens avait terminer de se préparer et j’ouvrais à nouveau la bouche pour dévoiler le nom du groupe surprise. Oui, personne ne savait qui était le clou du spectacle. Nous avions fait exprès, laissant des indices ici et là durant la semaine aux nombreuses activités, mais sans jamais dévoiler le nom. « Sans plus de discours, je laisse la place à notre clou! Messieurs dame 1755! » Et je vous jure qu’à ce moment la foule s’était mise à hurler en entendant le nom du groupe classique de notre université pratiquement tous aussi vieux que mes parents, mais toujours aussi acadien. Je souriais bien fier de mon coup et je descendais de la scène alors que je les laissais mettre le feu sur la scène à leurs façons.

J'étais bien décidé à m'amuser ce soir et pour cela j'avais d'autres chats à fouetter avant de me plonger à fond dans l'étude pour les examens. Et bien que ma coloc était un peu trop coincée et il était temps de la décoincer un peu du vagin. Oui, c'était un peu cru comme langage, mais honnêtement elle rougissait dès que je parlais un peu de sexe c'était parfois assez ennuyant. Mais avec le temps c'était devenu assez drôle. Sauf que ce soir elle m'avait promis de sortir avec nous et aujourd'hui elle trainait des pieds tentant de revenir sur sa promesse. « Renée, on doit étudier pour les examens qui commence demain. » J'avais roulé des yeux. Premièrement, Lis avait déjà commencé à étudier il y a des semaines. Et J'étais très intelligente et surtout je savais très bien diviser mon temps. Alors j'étais entre têtes première dans la penderie de ma colocataire pour tenter de lui trouver quelque chose à porter ce soir. Quelque chose un peu plus provocateur que ce linge de sainte nitouche qu'elle utilisait tous les jours. « On a deux examens à livre ouvert et un examen maison, et tout ça avant l'examen de contrat qui lui est a livre fermer. Et notre premier examen est dans trois jours. » J'avais parlé avec un peu d'ennui dans la voix. D'accord j'avais déjà eux deux verres depuis le souper et j'étais en route pour être un peu pompette, mais je n'avais pas l'intention de m'arrêter avant d'avoir passé un bon temps. Je connaissais mes limites et ce soir je n’en avais aucune. « Et!? » J'avais tourné la tête en croisant les bras. Est-ce qu'elle venait réellement de poser cette question ? Je retournais a ma coupe et j'en buvais une gorger avant de recommencer ma réponse. « Mon point est… on peu étudier demain soir quand on aura cuvé notre gueule de bois et que j'aurais eux ma session de sexe post cuite. » Elle était immédiatement devenue rouge pivoine et j'avais laissé échapper un rire. Tony était en route pour venir me visiter elle ne pouvait pas faire comme si elle ne savait pas ce qui se passait dans ces moments. Elle avait un certain charme quand même ma nouvelle colocataire. Elle me donnait parfois des envies, mais elle avait été claire que pour elle il n'y avait que les hommes. Elle m'avait donné le message quand elle m'avait vu reluquer quelques une des femmes dans la classe de droit constitutionnel. « T'es étrange Bastarache. » J'avais eu un rire avant de tourner dans ma petite robe. On aurait surement été mieux d'appeler ça une ceinture. Oui, elle était très courte et j'étais commando en dessous de ma robe. Je retournais dans la penderie pour trouver quelque chose pour ma colocataire. « Don't knock it until you try it Lis! » Je mettais la main sur une petite robe qui faisait mon bonheur. Je la sortais et la lançais à ma colocataire en lui faisant signe de s'habiller.

Mon travail ardu avait bien payé. À la fin de mes trois années de droit à Osgood Hall je me trouvais un poste de stagiaire dans une des grosses firmes de Toronto et finalement moi et Tony nous commencions à vivre ensemble. Prête à tout l’un pour l’autre, toujours fier des exploits de l’autre. La course nous avait rapprochés, mes années d’études qui nous avaient séparés nous avaient rendus indestructibles. Du moins, c’était ce que je croyais. J’étais loin de m’imaginer ce qui pouvait se passer dans l’espace d’un seul instant.

The start of hell ;; Tout peut changer dans l’espace d’un instant et c’était ce qui nous était arrivé. Nous avions finalement décidé de sauter le plongeon et de tenter notre chance pour le Marathon de Boston. En 2013, j’étais encore une junior à la firme, mais comme ils avaient une politique sur le bien-être j’avais été permise de participé aux courses de classification et ultimement au marathon quand je m’étais classé. Mais, l’événement ultime qui s’y préparait, lui je ne m’y étais absolument pas attendu. L’attaque qui nous attendait à la ligne d’arrivée alors que moi et Tony arrivions à quelque minute d’intervalle allait changer le cours de nos vies à tout jamais.

Les dernières paroles du docteur résonnaient encore dans mon esprit. Je m’étais réveillé il y a quelque heure sur un lit d’hôpital pendant qu’une des infirmières était en train de vérifier mes signes vitaux et elle était immédiatement allez chercher un médecin qui avait prescrit une série de tests avant de finalement s’asseoir devant moi. Et maintenant, il venait de me lancer sa bombe par la tête. Il avait commencé par mes blesser. Une commotion mineure, une cheville de cassé et des blessures au dos dont il ne pouvait pas prédire l’impact neurologique. Il paraitrait que j’avais glissé sur le dos. Bref, c’était ces derniers mots qu’il avait lancé qui m’avait plaqués sur le cul. « Miss Bastarache. » Il s’était rapproché un regard inquiet et je m’étais secoué. Avait-il bien dit l’avortement subséquent à l’accident? Avortement? Estie que je détestais les docteurs par moment. « Mmmmm… » J’avais levé les yeux vers lui encore un peu sidérés par la nouvelle. Ça devait être un gros coup sur la tête que j’avais reçu pour que mon verbe habituel ne soit pas présent. Ce n’était habituellement pas les mots qui me manquaient. « Est-ce que vous m’avez entendu ? » Je ravalais ma salive avant de hocher la tête. J’avais enfin une question qui se pointait sur le bout de mes lèvres. « J’étais… j’étais enceinte? » Ma voix était rauque et j’avais soif. L’infirmière au côté du docteur s’était précipitée pour me remplir un verre d’eau qu’elle m’avait tendu avec douceur. Je la remerciais du regard en écoutant la réponse du docteur. « Oui, avec le choc votre corps a immédiatement rejeté le fœtus. Nous avons estimé que votre grosse… » J’avais levé la main en l’interrompant. Je ne voulais pas entendre ces estimations je n’avais pas encore avalé la nouvelle. Comment est-ce que c’était possible que j’aie été enceinte ? Et pourquoi est-ce que Tony n’était pas ici avec moi ? Où est-ce qu’il était ? « Je ne veux pas l’entendre. Ou est Anthony Thomson! » Le médecin était sans voix devant mon ton sec. Je savais que je pouvais parfois être un peu sec, mais soudainement mon seul accent était mon petit ami que je voulais à mes côtés. Je le voulais avec moi. Mes yeux se remplissaient de larme en imaginant le pire. Les souvenirs de ce qui s’était passé venaient de m’assaillir en quelque seconde. Quand la première bombe avait explosé on avait été séparer je craignais le pire soudainement.

Vous pouvez surement vous demander pourquoi cet événement était connu sous le nom du début de l’enfer pour moi, mais je vous explique rapidement. Moi et Anthony nous avions été profondément blessés et vous pourriez dire que c’était des blessures irréparables. Il était beaucoup plus proche de l’explosion que moi quand celle-ci s’était produite et il avait été propulsé. Il avait eu la colonne vertébrale de casse et cela avait fait en sorte qu’il ne pourrait plus jamais marcher, courir ou pratiquer son métier de rêve. L’homme brave et fort que j’avais connu était devenu amer et battu avec les semaines et les mois. Mais on s’était accroché. Mes blessures avaient ultimement guéri et en dehors d’une certaine perte sensorielle dans le dos je m’étais complètement remise. Alors que mon corps redevenait plus fort à chaque jour ou rendez-vous avec le physiothérapeute mon petit ami plongeait plus loin dans une dépression dont il ne ressortirait pas. Le jour de l’un de mes plus gros procès, j’étais revenu à notre condominium pour me frapper face à face au pompier, ambulancier et policier devant le bâtiment. Et c’était ainsi que j’avais appris que Tony incapable de supporter plus longtemps ce qui lui était arrivé s’était tiré une balle dans la tête dans notre condo.

And now everything changed ;; On pourrait facilement se demander comment une personne se remet de ce genre d’événement. Moi, j’avais choisi la voie de la simplicité. Me plongeant dans mes passions j’avais fermé mon cœur à l’amour et j’avais décidé que le grand amour s’était fini pour moi. Je m’étais plongé dans ma carrière et j’avais continué de gravir les échelons aujourd’hui. J’avais une carrière en plein essor. J’apportais des clients de tous les côtés à la firme ou je travaillais. Je travaillais comme avocate de la défense et je savais que les procureurs de la couronne commençaient tranquillement à avoir peur de moi tout comme il me respectait. Je m’étais replongé dans la course tête première. Et finalement dans la fête. Je faisais un peu trop la fête et ce n’était pas faux. Je ne me laissais pas arrêter une minute jusqu’à tomber d’épuisement sur mon oreiller. Parce que si je m’arrêtais une seule seconde je mettais à penser à Tony et penser à lui faisait un mal de chien.




__________________________
I’m gonna wait till I’m on my deathbed, get in the last word and then die immediately... That’s my plan for dealing with everything. I have seventy-seven arguments I’m gonna win that way.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▵ deadly sins : 4928
▵ faceclaim : dylan o'brien.
▵ copyright : argents.
▵ age : twenty-five yo.
▵ activity : fireman.
▵ love interest : no one, not ready yet.


CHASING SHADOWS ❃
▿ availability : free.
▿ relationships :
MessageSujet: Re: RENÉE + You'd be surprised how many of my transactions involve power tools.    Mar 4 Avr - 11:53


welcome!

MON AVIS ✧ Pas de soucis pour la petite tête, et réellement ravi de te revoir parmi nous

L'équipe de AWD te souhaite officiellement la bienvenue sur le forum, tu es désormais validé ! Pour commencer, tu pourras aller lire ou relire les annexes en cas de besoin. Si jamais tu en as envie, c'est par ici que tu pourras créer un ou plusieurs lien(s) pour ton personnage. Et surtout, pense à aller recenser ton emploi ou études, mais aussi d'aller faire ta demande de logement. Et bien sûr, le plus important n'oublie pas d'aller te construire des relations afin de pouvoir faire évoluer ton personnage. Tu auras également la possibilité de profiter des jeux et du flood. Mais n'en n'oublie pas pour autant de faire des rps. Surtout, amuse-toi bien parmi nous et en cas de question, n'hésite surtout pas à contacter le staff. ♡
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▵ deadly sins : 26
▵ faceclaim : Phoebe Tonkin
▵ copyright : Class Whore
▵ age : 30
▵ activity : Criminal Lawyer


CHASING SHADOWS ❃
▿ availability :
▿ relationships :
MessageSujet: Re: RENÉE + You'd be surprised how many of my transactions involve power tools.    Mar 4 Avr - 14:50

Contente d'être pardonnée dans ce cas et merci pour la validation rapide.

__________________________
I’m gonna wait till I’m on my deathbed, get in the last word and then die immediately... That’s my plan for dealing with everything. I have seventy-seven arguments I’m gonna win that way.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
- lovely asshole -

▵ deadly sins : 3286
▵ faceclaim : ryan gosling.
▵ copyright : © spectrum. (avatar) | endlesslove, (signature)
▵ age : trente-trois ans.
▵ activity : directeur du Clifford's Hotel.
▵ love interest : marié mais infidèle.


CHASING SHADOWS ❃
▿ availability : surbookée.
▿ relationships :
MessageSujet: Re: RENÉE + You'd be surprised how many of my transactions involve power tools.    Mar 4 Avr - 16:17

Contente de te revoir parmi nous!

__________________________


    sur la musique, on va on vient. corps contre corps, main dans la main. plus rien existe, plus rien de rien, quand je te tiens du bout des doigts pour te ramener contre moi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▵ deadly sins : 26
▵ faceclaim : Phoebe Tonkin
▵ copyright : Class Whore
▵ age : 30
▵ activity : Criminal Lawyer


CHASING SHADOWS ❃
▿ availability :
▿ relationships :
MessageSujet: Re: RENÉE + You'd be surprised how many of my transactions involve power tools.    Mar 4 Avr - 16:43

Merci Rupert, je vais tenter de ne pas me faire supprimer à nouveau...

__________________________
I’m gonna wait till I’m on my deathbed, get in the last word and then die immediately... That’s my plan for dealing with everything. I have seventy-seven arguments I’m gonna win that way.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▵ deadly sins : 227
▵ faceclaim : emma watson.
▵ copyright : © crick.
▵ age : twenty-six yo.
▵ activity : tv reporter.
▵ love interest : work.


CHASING SHADOWS ❃
▿ availability : half free.
▿ relationships :
MessageSujet: Re: RENÉE + You'd be surprised how many of my transactions involve power tools.    Mar 4 Avr - 21:35

Rebienvenue par ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▵ deadly sins : 26
▵ faceclaim : Phoebe Tonkin
▵ copyright : Class Whore
▵ age : 30
▵ activity : Criminal Lawyer


CHASING SHADOWS ❃
▿ availability :
▿ relationships :
MessageSujet: Re: RENÉE + You'd be surprised how many of my transactions involve power tools.    Mer 5 Avr - 2:00

Merci Choute Smile

__________________________
I’m gonna wait till I’m on my deathbed, get in the last word and then die immediately... That’s my plan for dealing with everything. I have seventy-seven arguments I’m gonna win that way.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: RENÉE + You'd be surprised how many of my transactions involve power tools.    

Revenir en haut Aller en bas
 

RENÉE + You'd be surprised how many of my transactions involve power tools.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Préval Acte II; par Jean Erich René !
» Une bourgeoisie déracinée ! Par Jean Erich René
» René Civil devant le tribunal criminel
» René Civil est libéré
» Haïti : René Préval, un président "têtu" au "caractère de caméléon"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
all we do. :: gonna heal tomorrow :: we are the ones :: the other side-